Déjà 600 contributions dans le Cahier National de Doléances et de Propositions !

Th. (Hérault)

RETRAITES AGRICOLES

17 février 2024

Dans tous les régimes salarié ou indépendant en France, dès lors que nous avons les trimestres requis pour prétendre à la retraire, il est possible de cumuler retraite et emploi.
Sauf dans le régime agricole relevant de la MSA.
Ce qui veut dire qu’un exploitant agricole n’ayant pas pu céder ou vendre son exploitation, ne percevra pas sa retraire et ce quel que soit son âge (et sa durée de cotisation). Il me semble qu’il y a là spoliation d’un droit légitime à la retraite dès lors que l’on a cotisé le nombre des trimestres requis. Beaucoup d’agriculteurs ont commencé très tôt à travailler sur leur exploitation (souvent à 14 ou 15 ans, et ce dans les années 1950 – 1960), sans compter la durée hebdomadaires de travail très éloignée des 40, 39 ou 35 heures maintenant légales.
Cela ma semble pour le moins très injuste, scandaleux et je ne suis pas sûr que cette règle ou loi régissant le régime MSA soit bien constitutionnelle, puisqu’il y a pour le moins une discrimination flagrante.
Je ne parlerai pas des fonctionnaires qui ont pu partir à 53 ou 55 ans, avec souvent des primes indécentes pour inciter à un départ anticipé, ce qui est aussi scandaleux car la majorité n’a pas été épuisée par leur rythme de travail.
De façon étonnante, cette requête d’un droit légitime à la retraite n’a pas été évoquée lors des récentes revendications du monde agricole ou bien alors je ne l’ai pas entendue. Merci par avance pour votre attention.
Bien cordialement
Thierry Rodriguez
vigneron au Mas Gabinèle en AOC Faugères

un autres sujet qui me tient à cœur est l’accessibilité à l’eau. Dans notre Sud profond, nous connaissons depuis plusieurs années des canicules et sécheresses qui impactent très lourdement nos récoltes. Nous avons des excédents énormes d’eau sur la moitié Nord de la France (avec inondations, zones désormais inconstructibles et des drames familiaux pour ceux qui ont tout perdu) et nous ne sommes pas capables de faire des aqueduc ou canaux pouvant déverser ce trop-plein sur nos régions sinistrées par la sécheresse. Nous sommes pourtant très efficaces pour acheminer jusqu’à nous du gaz ou du pétrole depuis de très lointains pays. C’est à croire que nos technocrates parisiens et européens ont silencieusement programmé la mort de nos régions méridionales.