Déjà 599 contributions dans le Cahier National de Doléances et de Propositions !

Fr. (Oise)

ADMINISTRATION – CONTRÔLES

27 février 2024

On nous répète sans cesse que sans Europe nous ne serions rien. Alors, regardons l’exemple de la Suisse. Terroir européen sans être dans le système européen, une économie qui se porte bien, des rémunérations agricoles dignes, ils sont capables d’y arriver, alors pourquoi pas nous ? La Suisse pratique un protectionnisme agricole à géométrie variable, si la production nationale est suffisante, alors zéro importation (ou possible moyennant taxes prohibitives à la douane), si elle est insuffisante, elle importe ce dont elle a besoin. Mais pour que cela fonctionne il faut une régulation de ses productions afin de ne pas laisser les grosses structures en faire toujours plus et rafler les marchés au détriment des petites, par le biais de quotas. Dans l’idéal il faudrait que ce système fonctionne aux frontières de l’Europe, mais malheureusement la concurrence est déjà très rude au sein même de l’Europe. Ce qui pousse à conclure que ce système de préférence nationale pour l’alimentation doive constituer une exception au fonctionnement du système européen. Et ce n’est pas être anti-Europe que d’appliquer une préférence nationale, ne mélangeons pas tout.