Déjà 599 contributions dans le Cahier National de Doléances et de Propositions !

Da. (Dordogne)

CIRCUITS COURTS

17 février 2024

Bonjour,
Merci de votre mail, ne pouvant participer à vos actions de « petits » blocages depuis ces dernières semaines, je tiens à vous apporter mon entier soutien à vos différentes manifestations.
Je pense que nous avons à faire à des individus (énarques, francs maçons, financiers et peut-être pire encore…) qui sont loin du monde du travail mis à part très forts pour taper sur un clavier part quel biais il est très facile d’aligner des chiffres qui ne veulent pas dire grand chose à la plus part de nos compatriotes et ne ressemblent en aucun cas à la réalité.
Comme beaucoup d’entre nous, en temps que paysan ( pour rappel de la définition racinaire : homme & femme de la campagne travaillant la terre au pays ou il a vu le jour et sur laquelle il cultive différentes productions au besoins de la population ), je déplore cette situation de notre monde agricole. Forcé d’admettre que nos grands pontes politiques nous font du cinéma voyant l’horizon des élections européennes à venir et sont en train de mouiller la culotte de peur, alors promesses assez timides sans engagement flagrants.
Il est clair qu’il faut redresser nos productions agricoles, toutes confondues, et pour cela il semble clair qu’il faut arrêter d’ennuyer les gens qui travail loyalement et peut-être regarder les autres trop nombreux qui passent à travers les mailles tous simplement parce que l’ on connait tel ou tel « bien placé »… Ne voyez dans ce paragraphe aucune délation seulement une mise au point.
Le report des échéances d’ emprunts, n’est pas la meilleure solution sachant qu’il faudra payer un jour. Je pense qu’il vaut mieux geler le prix des différentes énergies que nous utilisons tout en minimisant les taxes d’état qui sont très mal dépensées nationalement voir internationalement.
D’autre part ne faudrait-il pas revenir à des productions plus à échelle humaine en laissant de côté les grosses coopératives et gros distributeurs qui vivent aisément sur notre TRAVAIL avec lequel nous avons peine à sortir un salaire après avoir réglé toutes nos charges quand bien même .

En espérant participer au sauvetage de nos racines agricoles de NOTRE chère FRANCE
,