Déjà 599 contributions dans le Cahier National de Doléances et de Propositions !

Av. (Ardèche)

CIRCUITS COURTS

17 février 2024

Bonjour, agricultrice depuis 11 ans en engraissement de porcs plein air, transformation et vente directe voici les points sur lesquels je souhaite faire avancer les réglementations :

1/ Créer une interprofession nationale du porc plein air pour défendre les intérêts de notre filière afin d’être impliqués par l’Etat dans les lois car sur le terrain on les subit et elles ne sont pas adaptées (apms brucellose pour les engraisseurs, biosécurité…)
2/ Mieux protéger les agriculteurs et les PME quant aux contrats conclus entre professionnels, trop victimes de vente « one shot » de contrats de location financière de site internet ou autres, la loi Hamon n’est pas suffisante il faut modifier le code monétaire et financier et étendre le droit de la consommation aux pros (cf condamnation de Locam), les entreprises avec ses pratiques commerciales trompeuses ont des call-centers puissants et ont pour cible les agriculteurs notamment ceux qui font de la vente directe
3/ Faire évoluer le code de l’urbanisme pour reconnaitre l’agri-tourisme comme un motif de dérogation permettant de diversifier et sécuriser nos revenus sur plusieurs canaux (monoculture = danger, tourisme = secteur dynamique avec pouvoir d’achat) le stecal est une usine à gaz non adapté
4/ Responsabiliser les agriculteurs et les encourager à lutter contre l’ambroisie, problème de santé publique qui coute des millions d’Euros à tous les Français et qui ne cesse de s’accroître, reconnue menace mondiale pour la biodiversité dans un rapport récent (PAC, primes, sanctions au besoin…)
5/ Etendre le crédit d’impôts sortie du glyphosate aux agriculteurs qui font l’effort de désherber leurs clôtures mécaniquement et non chimiquement
6/ Mieux encadrer les contrats de culture qui s’affranchissent du droit du fermage et font de la concurrence déloyale aux jeunes qui veulent s’installer
7/ Mieux encadrer la constitution de GFA qui sont un biais par lequel des industriels fortunés peuvent s’accaparer des fermes et donc des terres en échappant au droit de préemption Safer

Je reste à votre disposition pour développer chaque point, bien cordialement