Déjà 599 contributions dans le Cahier National de Doléances et de Propositions !

An. (Ardennes)

MAL-ÊTRE PAYSAN

24 février 2024

Aujourd’hui, nous ne vivons plus de notre métier de paysan.
Nous sommes contraints d’avoir une autres activité professionnelle pour maintenir un niveau de vie et assumer financièrement la vie familiale.

Le prix du lait n’est pas assez rémunéré, pire depuis la hausse de l’énergie .

Contrôles phyto sanitaires sont obligatoires, importants , trop onéreux à la charge de l’exploitant et aucune aide pour cela .

En revanche, la pression bancaire est la pour le remboursement des prêts , le fermage .
Retirer 4 % de jachère est inconcevable , aucun salarié n’accepterait cette contrainte .