Déjà 599 contributions dans le Cahier National de Doléances et de Propositions !

Al. (Haute-Marne)

CONCURRENCE DÉLOYALE

21 février 2024

Concernant les céréales et les oléagineux, la cotation en bourse garantissait donc initialement un prix fiable aux céréaliers, meuniers, négociants spécialisés et industriels de la boulangerie-pâtisserie. Entre 2020 et 2022, nous avons découvert que les volumes d’achats spéculatifs sont en moyenne passés de 40% à plus de 70%. Au plus fort du pic spéculatif (semaine du 8 juin 2022), 77,4% des acheteurs de blé sur le Matif étaient des spéculateurs financiers ! Actuellement, le Matif est clairement dévoyé : il n’est plus aux mains des entreprises de production ou de transformation, mais d’acteurs privés financiers qui détournent la logique du marché à leur profit. On constate les mêmes dérives sur la bourse de Chicago .
il est scandaleux que les spéculateurs fassent du business sur le dos des producteurs et des consommateurs . Personne n’en a parlé depuis le début de la colère paysanne Pourquoi ?
Tant que les céréales et oléagineux seront cotés en bourse la loi Egalim ne pourra pas être appliquée ! Donc les revenus des producteurs continuera a fluctuer au gré des intérêts des spéculateurs .
Monsieur le Président il est de votre compétence de remédier au plus vite à ce business scandaleux